La plateforme infinite RPG fermera à partir de novembre 2019. En savoir +
{{{$data->nom}}}

Crossroads

Scène libre : Le re-retour de ROGERS

Créer une scène libre Répondre

RP posté le

La directrice, votre patronne, qui vient vers vous d'un pas décider, accompagner d'un... Majordome ? Hum... Oui, pourquoi pas. Qui plus est, votre patronne qui semble revenu, dans son bon sens. Encore mieux ? Certainement.

Mais quand elle arrive, et d'un air gêné vous demande ceci :
- Bonjour, je... Veuillez m'excusez d'avance, de... - Elle prends une grande respiration, se pince les lèvres, et reprends - Pardon, hum... Ma question, va vous paraître étrange, mais... Pourrais-je avoir une entre-vue avec votre directrice ?


Et là, tu reste comme on dit vulgairement, "sur le cul" - ça va vraiment pas bien dans sa tête... - Alors ce pauvre réceptionniste de Kelvin BESON, lui réponds :
- Euh... Et bien, je... Je pense, que oui. C-comme vous le désirez, Melle.ROGERS.

Et là, celle-ci fait de grands yeux, alors que son Majordome s'adresse à lui, à son tour :
- Ce sera Lady ROGERS pour vous jeune homme. Et d'ailleurs, comment la connaissez-vous ?
- Encore plus gêné, embarras - Et b... Et bien, parce que... C'est, c'est m-ma... Patronne.
- La jeune femme de reprendre, plus sérieuse et contenu - C'est bien ce que je pensais. Alors donnez-moi la plus belle, la plus luxueuse chambre, qu'il puisse y avoir ici, et sur le champ ! - se tourne vers son majordome - Winston, mes bagages - Puis revient au réceptionniste - Nous allons rester aussi, le temps que je puisse rencontré, mon usurpatrice !
- Tout de suite milady !

0

RP posté le

Arthur était littéralement entrain de maudire ce foutu ascenseur de descendre avec la rapidité d'un vieillard en déambulateur, pourquoi fallait il toujours que ces machines prennent trois plombes à descendre alors que l'on était pressé ? Leur but c'était pourtant bien de faire gagner du temps et non d'en perdre encore plus. Non parce qu'à ce compte là il aurait pu prendre l'escalier si il avait su qu'il attendrait à ce point.

Énervé par cette attente inutile le nouvel agent de sécurité appuya une nouvelle fois sur le bouton d'appel de ascenseur, comme si cela allait le faire venir plus vite et soupire. Puisqu'il allait encore mettre un peu de temps avant de l'emmener dans le hall autant ne pas le gâcher encore plus. Il sortit donc son portable pour relire en diagonal le message que Kelvin lui avait envoyer.

"Miss Roger avec un majordome qui demande une chambre et parle d'une usurpatrice..."

Bon au moins il était clair du moins pour lui que cette femme n'était pas la lady Rogers qui l'avait engagé et encore moins Joëlle. Cela faisait déjà une semaine qu'elle avait été emmené et enfermé dans ce caisson et pour être parfaitement honnête Arthur supportait de moins en moins son innaction et celle de monsieur Grom, néanmoins il restait pragmatique et le fait qu'il est vu que son alpha tenait à miss Roger lui permettait de tenir en se raccrochant à l'idée que c'était pour le mieux. Cependant au moindre signe qu'elle courrait un danger il ferait tout pour venir la chercher, après tout il en avait fait la promesse et il tenait toujours sa parole.

L’ascenseur arriva enfin, s’ouvrant sur quelques clients revenant des salles de sport tout transpireux et essouffler avant de rejoindre leur chambre. L'odeur de transpiration attaqua directement le nez du gardien qui ne réagit malgré tout que par un sourire aimable et une salutation polies. Il était en service après tout.

Il entra donc a son tour et voyant que le bouton du hall était allumé se concentra à nouveau sur son téléphone envoyant un simple message groupé à ses deux supérieurs.

"Une femme se faisant appelé lady Rogers à demandé une chambre dans le hall."

Une fois le message envoyé il remit son portable dans sa poche et resserra sa cravate. Cette femme était donc la Rogers "originale" la femme dont Joëlle avait pris l'apparence pour se protéger, la question était donc que faisait elle ici et surtout comment allait elle réagir à cette histoire de vole d'identité ? Ironiquement le fait que Joëlle ne soit pas présente rendait cette histoire un peu plus simple à gérer.

La porte de l’habitacle s'ouvrit et Arthur laissa ceux qui le désirait sortir avant de les suivre non sans saluer les clients restant avec politesse et observa le hall. Une femme identique à Joëlle s'y trouvait bien, visiblement irrité, n'étant que membre de la sécurité le géant n'avait aucune raison de venir lui parler ce qui l'arrangeait bien, il se contenta donc de faire son travail allant se positionner dans un coin du hall et pris une grande inspiration essayant de capter l'odeur de cette femme.

"Ce n'est clairement pas l'odeur de la femme qui m'a engagé."

Il décida donc d'attendre l'arrivé de ses supérieurs après tout c'était monsieur Grom le plus à même de savoir quoi faire dans ce cas de figure.

0

RP posté le

"Une femme se faisant appelé lady Rogers à demandé une chambre dans le hall." voilà le message qu'avait reçu le grand loup. Effectivement, il savait lui-même pour sûr que ce ne pouvait pas être "Lady ROGERS Bis", et le fait que ce soit Arthur qui la voit en premier, et précise "se faisant appelé" n'était pas pour le rassurer, car il se pouvait bien que : la vraie Lady Stella ROGERS, soit revenu parmi les vivants - Hailey et Jeffrey l'avait bien fait, alors pourquoi pas elle ?... - D'ailleurs, en vérifiant sur les écrans, physiquement il n'y avait autant aucun doute possible.

Ainsi, passant d'une porte à l'autre pour déboucher derrière le comptoir de réception, il se fit lui-même une idée de la situation : le langage corporel, l'odeur... Elles n'avaient rien en commun à part l'apparence, ça ne pouvait donc qu'être elle : "l'original".

Il s'avance donc au devant du comptoir, en saluant Arthur d'un geste de la tête, pour s'adresser à la jeune femme :
- Melle.ROGERS - dit-il en se courbant légèrement, en lui tendant la main, paume vers le haut -

La lady aux yeux bleus, eût un petit sourire satisfait. Le geste sembla "l'apaiser", et lui donnant sa main :
- C'est Lady ROGERS, et non Mademoiselle - Jake lui fait le baise-main, et se redresse -
- Et sachez monsieur, que selon le protocole adéquat, c'est la dame qui d'abord tendre la main - Ajoute Winston -


Jake sourit à la jeune femme et son majordome, avec un petit pincement au cœur. Léger coup de nostalgie, un air de déjà vu...
- Mes excuses, pour cette faute protocolaire. Je suis Jake GROM, chef de la sécurité de cet établissement, et voici Arthur PEMBROCK, mon collègue.
- Bien - reprit la jeune femme - Vous êtes les plus à même à agir, dans la situation ou je me trouve. Une femme, s'est faite passer pour moi, et a usurper mon identité ! Alors excusez-moi de douter de vos capacités, en matière de sécurité.
- Mais... Excusez-moi de vous dire ça, aussi crument mais... N'étiez-vous pas sensé être, portez disparu, voir... Morte ?
- Elle reprends, les joues un peu rouge - Et bien... Je... C'est, c'est personnel ! Et quand bien même j'aurai été morte, cela reste illégale ! Une morte ne peut pas faire l'acquisition d'un hôtel !
- Une morte, pourtant bien vivante, et plus que très ressemblante - il se tourne vers PEMBROCK - et mon collègue ici présent, vous le confirmera. Il connaît votre "usurpatrice", assez personnellement, n'est-ce pas ?

0

RP posté le

Arthur se crispa alors que l’attention de mademoiselle Rogers et de son alpha se reportait sur lui. Ce n'était pas qu'il avait peur qu'on le regarde, en tant que loup dominant il avait l'habitude que les humains se tourne vers lui de manière instinctive même si la plupart du temps ils ne prenaient pas le risque de le dévisager ainsi. Le problème venait plutôt du fait que Jake rappelait au bon souvenir de tous sa relation avec Joëlle, visiblement celui ci n'allait pas oublier cette épisode de si tôt.

Néanmoins l'agent de sécurité ne pouvait pas se permettre de montrer le moindre signe de faiblesse devant son alpha et encore plus devant cette femme qui arborait trait pour trait le même visage que sa Joëlle. Il allait devoir choisir minutieusement ses mots pour ne pas faire empirer la situation, d'autant qu'il ne connaissait encore tout les détails de l’histoire concernant les deux Rogers.

Le loup d'argent se tourna donc vers la jeune femme et lui adressa un signe de tête respectueux tout en gardant de manière magistrale son sourire jovial, essayant tant bien que mal de détendre cette atmosphère assez pesante pour avoir provoqué le recul du réceptionniste.

- Eh bien j'ai eu l'occasion de rencontrer votre... usurpatrice à deux reprises. Il considéra son alpha. C'est elle qui m'a engagé mais je n'aurai jamais cru qu'il ne s'agissait pas de vous. Il se tourna vers elle, cherchant à en savoir plus sur cette soudaine réapparition. Excusez moi de vous le demander ainsi mais si vous êtes belle et bien mademoiselle Stella Rogers comment se fait il que vous ne vous soyez pas manifesté plus tôt ? A ma connaissance votre usurpatrice à plusieurs fois fait la une des journaux. Il se plaça dans un réflexe entre son alpha et elle. Vous comprendrez bien que sans preuve nous ne pouvons être sur de votre identité.

Bien sur tout cela était complètement stupide, néanmoins cela laissait à penser qu'ils n'étaient au courant de rien et avec un peu de chance peut être pourraient ils en apprendre plus.

0
Créer une scène libre Répondre
*/ ?>